Après un déjeuner très sympathique aux couleurs locales, nous avons pu en découvrir encore un plus sur le terminal méthanier grâce à la visite de son centre d’exposition ainsi que du site en lui-même.

Mercredi :

Un réveil très matinal nous attend puisque nous avons rendez-vous à 4h par avec Alain Caillier et Gildas Dubois pour nous rendre au port de pêche à la criée de Boulogne-sur-Mer pour la débarque du poisson (presque finie au moment où nous arrivons) et à la vente en Criée. L’occasion pour notre groupe de (re)découvrir les poissons pêchés le long de nos côtes et de comprendre le nouveau fonctionnement de la criée de Boulogne. Inspiré des marchés d’autres produits comme les fleurs aux Pays-Bas par exemple, le tableau électronique de la Criée est impressionnant. Les ventes se font en moins d’une heure. Boulogne étant le premier port français en terme de tonnage et le second en terme de valeur, il était important pour ses dirigeants d’adapter leurs outils de vente. Les prochaines étapes devraient permettre une vente avec des acheteurs en ligne, non disponible pour le moment.

FullSizeRender.jpgFullSizeRender__1_.jpg A la suite de cette visite, nous continuons notre tour d’horizon des activités de Boulogne en rejoignant l’usine de Marine Harvest, où nous attend Alexandre Savet, son directeur. Dans cette usine, le saumon, en provenance principalement de Norvège, est transformé en filets ou mis en portions et emballé pour la grande distribution. Il faut environ 10 jours à un saumon pour aller de son usine aquacole norvégienne à la sortie de l’usine de Boulogne.

Suite à cette visite, nous avons le plaisir de découvrir les bonheurs d’un petit déjeuner à base de poissons. De quoi nous redonner des forces avant la visite du musée aquarium de Nausicaa. Accueillis par son directeur Philippe Vallette qui nous présente les projets d’extension de son musée, nous sommes ensuite guidés à travers les différents espaces.

Notre tour d’horizon des ports prend fin par la rencontre avec Jean-Marc Puissesseau, président directeur général de la SEPD (société d’exploitation des ports du détroit, concessionnaire de l’ensemble portuaire Boulogne-sur-Mer / Calais) au port de Calais. Si Boulogne axe son développement sur la pêche et la transformation des produits de la mer, Calais souhaite continuer son développement sur le trans Manche. Sa position stratégique (le trajet Calais-Douvres est la plus courte traversée de la Manche) en fait un port idéal pour cela. Ayant atteint ses limites de capacités et souhaitant pouvoir accueillir de plus grands navires, Calais démarre un grand projet d’agrandissement qui devrait se terminer à l’horizon 2020, parallèlement à une amélioration de l’exploitation pour . Son but : pouvoir permettre aux navires d’effectuer jusqu’à 5 rotations par jour.

Devant un programme aussi complet, on ne peut que féliciter les organisateurs pour la qualité de ces 2 jours et la bonne ambiance qui a régné !