Compte rendu proposé par Philippe Grosse (X59)
Jean-Marc Lacave, PDG de Météo-France, nous a gratifié d’une présentation de la modélisation du système climatique de la Terre d’une rare qualité par sa rigueur scientifique et son accessibilité.
Le modèle développé par le CNRM (Centre National de Recherche Météorologique) en comporte en fait cinq : pour l’atmosphère, l’océan, la banquise, les continents et les fleuves, plus un coupleur développé par le CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique). Pour convaincre les plus sceptiques, la phase si importante de l’étalonnage du modèle, rarement évoquée, a mis en évidence la nécessité d’introduire un facteur anthropique pour obtenir une simulation convenable des siècles passés. Les scénarios extrêmes ont été caractérisés. Dans le plus vertueux, la Terre reçoit par effet de serre 2,6 watts par mètre carré et l’état actuel se stabilise. Dans le cas du laisser-faire, la Terre reçoit 8,5 watts par mètre carré.
Mais Météo-France c’est aussi les prévisions à court terme, et la nécessité de faire un choix dans les 400 millions de données reçues chaque jour, auquel s’attellent 3.000 employés fortement diplômés et 300 chercheurs.
Un diner fort instructif, même pour les plus curieux auxquels Jean-Marc Lacave, et ses collaborateurs Olivier Rivière et David Salas, ont apporté une réponse au dessert.

Les slides sont disponibles sur ce lien DropBox.